Tomb Raider – La bande-annonce polémique

La semaine dernière, j’ai eu le bonheur de lire sur jeuxvideo.com (et ne me demandez pas comment je suis arrivée là), un article sur le trailer du nouveau Tomb Raider, et la scène de viol le tout intitulé De la misogynie dans Tomb Raider ?

L’article, en gros, disait que les joueurs et joueuses étaient assez outrés de la présence d’un tel fait dans un jeu.

Personnellement je m’en cogne.
Oui, Lara Croft est un personnage féminin ; oui c’est très cliché de la mettre dans une position de victime d’une potentielle agression sexuelle. C’est une idée de merde illustrant brillamment une incapacité totale à générer des émotions fortes avec des situations plus subtiles ; et je ne doute pas un instant que si le personnage principale avait été un homme, les dev. auraient surement voulu reproduire la même intensité dramatique par le biais d’une scène où méchant se serait proposé de le débarrasser de ses organes reproducteurs avec un couteau de cuisine rouillé et bien sûr sans anesthésie.
Subtilité, c’est le nom que je voudrais te donner… Tout ça quoi…

Contre-plongée : Un homme pose la main sur le coup de Lara, elle-même ligotée les main dans le dos.

Non ce qui m’a plus dérangé c’est la justification donnée par le producer : Puisqu’avec ce reboot Lara a été amputée des seins et des fesses, ils se sont dit qu’il faudrait que le joueur ait envie de protéger cette frêle jeune femme et quoi de mieux pour stimuler ses instincts paternalistes que de mettre la jeune fille en danger de viol.

Quand les gens contrôlent Lara, ils ne se projettent pas vraiment dans le personnage. Ils se disent plutôt « je veux la protéger ». Elle est encore un héros, mais le joueur se transforme en assistant. Quand on la voit, qui doit faire face à tous ces défis, on commence à ressentir de l’empathie pour elle, ce qui n’aurait peut-être pas été aussi puissant avec un personnage masculin. La faculté de la voir comme un véritable être humain me semble plus forte qu’avec la version plus sexualisée de Lara Croft des précédents jeux.

Screenshot de la nouvelle Lara, plus jeune donc, ensanglantée et sale

Je trouve ça tellement insultant pour les joueurs en premier lieu et pour les femmes de caractère en second lieu…
Moi ce que je lis entre les lignes c’est que le joueur mâle, cet handicasport du sentiment, ce néandertalien de l’empathie, ne répond qu’à deux motivation pour jouer un personnage féminin : celle de son entrejambe (pour l’ancienne Lara et ses gros lolos) et celle de son instinct de mâle protecteur (pour la nouvelle). Bien bien, bien… Ben messieurs, je suis navrée pour vous. Moi qui pensais bêtement qu’on était au 21e siècle et que la vision de la psyché humaine avait gagné en profondeur depuis Freud, je me suis de toute évidence mise le doigt dans l’œil jusqu’au coude.
ensuite, en tant que femme j’apprécie tout particulièrement cette idée sous-jacente que pour devenir la femme de caractère (genre la Lara Croft que nous connaissons), il faille passer par une tentative de viol.
« L’agression sexuelle fait les femmes fortes de demain ».
C’est tellement charmant comme idée qu’on pourrait en faire un slogan…

Ou pas.

Notre bonne "vieille Lara" et sa poitrine inoubliable moulée dans son t-shirt vert
De toute façon, en vrai, je m’en fous du reboot de Tomb Raider, parce que je m’en tape de Lara Croft…
Je n’y jouais déjà pas en 1996.
Parce que cette vilaine dame vidait des chargeurs entiers sur de pauvres petits loups. C’était mon animal préféré (y’en avait plein les murs de ma chambre) et je lui en ai gardé une tenace rancune (ouaaais, ça va hein ! J’avais 15 ans…).
Du coup, je m’étais dis que ce reboot de la franchise serait aussi pour nous deux l’occasion de faire table rase du passé et de repartir sur des bases saines.
Et puis j’ai vu le trailer de l’E3 2011
Et je me suis dit que, définitivement, je ne supporterai pas de me cogner pendant 5ou 6 heures de jeu une gonzesse tellement geignarde que les voisins vont finir par se demander si tu regardes pas un film porno.
Non mais sérieusement…
Tout le monde rabâche jusqu’à plus soif que ce reboot a sérieusement pompé du côté des mécaniques de jeu d’Uncharted (qui s’était lui-même fortement inspiré des anciens épisodes de Tomb Rider… Mais c’est un autre débat).
Peut-être. Mais est-ce que vous envisagez sérieusement qu’un Nathan Drake puisse geindre à ce point là, non stop, dans vos enceintes ?
Ben non. Vous auriez jeter l’éponge bien avant.
Mais là, ça va, c’est une fille, ça passe.
Ben ça ne passera pas par ma console en tout cas.
Et de toute évidence, chez Crystal Dynamics, on aime faire pleurer les filles. C’est pas moi qui le dit, c’est le producteur Ron Rosenberg:

Et quand elle commencera à prendre un peu confiance en elle, on la démolira à nouveau

Les citations en anglais dans le texte sont lisibles chez Kotaku.
On reparle des femmes dans les jeux vidéo dans l’article de demain ! Stay tuned !

Author: Diraen

Pour maîtriser un peu mieux le concept de la Diraen (qui se prononce « dira haine »), il faut considérer que je suis maintenant une femme de 40 ans, qui aime tellement les jeux vidéo qu'elle travaille désormais à leur production et qui raconte sa vie ici, plus ou moins régulièrement, depuis plus de 15 ans.

Share This Post On

6 Comments

  1. Je n’ai toujours pas joué au jeu (et en vrai, ça ne me dit rien DU TOUT), donc je ne saurais probablement jamais à quel point cette scène est misogyne, choquante ou au contraire, bien intégré à la narration et à l’approche du climax scénaristique…

    Quand a savoir si ça changera quelque chose… J’ai comme un gros doute.

    Post a Reply
  2. Je suis presque d’accord avec cet excellent article mais j’ai quelques choses à dire qui vont dans le même sens et d’autres non. Je suis un homme et il est vrai que cette nouvelle Lara donnerais plus à la protéger qu’autre chose, chose que je me permettais de rêver avec les anciens modèles, et même le modèle cinéma (mais ceci concerne un autre sujet), et franchement après avoir déjà joué quelques heures avec cette Lara nouvelle génération, nouvelle histoiten nouvelle vie et surtout nouveau physique ressemblant quand même plus à la fille du voisin que celle du numéro 5 de la série.
    Le fait qu’elle risque de se faire violer, il suffit de s’acharner sur ses touches pour que cela n’arrive pas, m’est tout aussi insupportable qu’agaçant….
    Oui le jeu est interdit au moins de 18 ans (ce qui n’empêchera pas cette nouvelle génération de mouflets d’y jouer) mais il devrait l’être uniquement pour la violence des attaques de loups (pas évident à tuer à mains nues), ou autres (je n’ai pas encore été très loin dans le jeu), que cette histoire totalement inutile du viol.
    Je ne sais pas qui a eut cette idée totalement idiote et ridicule, et encore moins celui ou ceux qui ont approuvés cela, mais il(s) n’ont aucunes considérations et aucun respect pour les femmes en général…
    Maintenant, reste à savoir si ces critiques serviront à quelque chose, mais j’en doute, mais il faut avoir l’espoir que dans le prochain opus, ce genre de chose soit totalement oublié…

    Post a Reply
  3. Omagad ! Je suis on ne peut plus d’accord avec toi, et tu le dis d’une façon cent fois plus synthétique que moi. Tu mets même le doigt sur un point que moi j’ai oublié d’abordé, à savoir le grand classique : une femme qui se détache du lot et qu’a besoin de personne, c’est une femme qu’a un lourd passé traumatisant et qu’on n’envie pas vraiment. La fameuse Kryss-de-Valnorisation : oui, elle est plus intéressante et indépendante que Aaricia, mais qui a envie d’une enfance composée de viols collectifs à tout va ?

    Moi ce qui me dérange également beaucoup dans cette histoire d’agression sexuelle (outre sa justification WTFesque), c’est la façon dont elle est mise en scène. Prenez l’image choisie en illu : vous voyez un agresseur et sa victime, vous ? Pour moi, ça ressemble furieusement à de la sexualité-roman-eau-de-rose : « elle, impétueuse et indomptée, se cabre mais ne résiste déjà plus vraiment, subjuguée par l’autorité naturelle et calme de cet homme qu’elle méprise mais qui l’attire cependant malgré elle… » Please, n’en jetez plus. Et donc CA, c’est vendu comme la mise en scène d’une tentative d’agression sexuelle. C’est cela, oui. Au passage, j’aime bien le choix de point de vue sur la scène. On croirait un cross over Read Dead Redemption – Tomb Raider. Dans lequel on interprète John Marston, bien sûr.
    Ok, je suis de mauvaise foi, c’est qu’une image tirée d’un film d’animation, oui. Béééééh… C’est pas le plan sur la main qui glisse le long du flanc de Lara, la caméra qui s’attarde sur ses hanches, sur son visage terrifié mais où ne se lit pas la moindre colère, juste de la peur (la peur implique l’anticipation, la rage implique le refus) qui vont me faire penser qu’on s’identifie à Lara et que ce qui lui arrive est vraiment la pire saloperie qu’on puisse imaginer et pas la mise en scène de l’éternel fantasme de se taper Lara Croft parce qu’elle est trop bonne :s

    Post a Reply
  4. Mouais je te trouve un peu dure avec les dev. Perso, je suis un idéaliste patenté mais je pense que tu leur prêtes de mauvaises intentions. Je t’avoue même que, en grand innocent que je suis, je n’ai fait attention aux gémissements de Lara qu’après avoir lu des joueurs qui en parlaient.

    Comme dit dans mon commentaire, évidemment que le prétexte du mini-viol est une grosse ficelle mais tu avoueras que l’industrie du jeux vidéos ne brille pas, d’une manière générale, par sa finesse et son sens de l’à-propos.

    Ce qui m’étonne le plus en fait, c’est que cette polémique prenne forme alors même que, jusqu’à présent, on avait une Lara qui butait des gens aussi simplement que si elle allait faire ses courses. Sans compter que les phases de gameplay montrées à l’E3 comportent des scènes qui, à mon sens, sont bien plus choquantes que la pauvre main au fesses que le goujat met à Lara. Y a une violence assez crue qui semble devenir la norme en ce moment, que ce soit dans Tomb Raider, dans Splinter Cell et dans la majorité des jeux montrés à l’E3 qui me fatigue bien plus que le prétexte fallacieux utilisé pour la « transformation » de Lara.

    Attention. Je ne suis pas en train de dire que c’est mal : la violence a toujours fait partie du jeu vidéo en général. Mais la tendance actuelle a fait dans la surenchère a quelque chose de dérangeant, à mon goût. Tout comme je condamnerais un film qui fait dans la surenchère juste pour en donner à son public pour son argent, je trouve que les développeurs sont sur un terrain bien glissant.

    Mais je m’éloigne du sujet…

    Post a Reply
  5. Je reprends juste deux points : « c’est quoi l’alternative ? » A en faire une survivante ? Mais y’a pas besoin d’une tentative de viol pour transformer les gens en survivant. L’instinct de survie est plus fort que tout, ça aurait été au contraire bien plus intéressant d’un point de vue narratif de mettre en scène la faim, la soif, le désespoir et l’étincelle de survie plutôt que de faire appel aux très grossières ficelles de l’atteinte à l’intégrité physique.
    Au contraire, je pense que frôler la mort à plus de chance de te transformer en survivant qu’une agression sexuelle, qui est gérée d’une façon plus aléatoire par la psyché humaine en fonction des individus.

    Oublions Nathan Drake un instant puisque tu n’es pas attaché au personnage. Prenons plutôt James de Silent Hill 2, personne n’a été sur le point de porter atteinte à son intégrité physique pour en faire un survivant. Il a « juste » suffit de le doter d’un but plus grand que lui. Et Nathan (pardon) mais personne ne s’est posé la question de ce qu’il fallait faire pour que le joueur s’attache au personnage. On le colle sur un bateau avec des gens qui l’attaque et roule ma poule. Pareil pour Kratos, au début du jeu, les dev on considéré que d’être « badass » devrait suffire. Pareil pour Altaïr.
    Ce qui me gêne c’est que le message est « si le perso principale est un femme, le joueur sera incapable de s’y attaché d’une façon « classique », comme il le ferait pour un personnage masculin ». Une fille badass sans raison, ça fait peur??? Si c’est le cas, j’ai beaucoup de peine pour les joueurs…

    Ensuite, est-ce que les gémissements de Lara son crédible dans les circonstances ? Surement. Sauf que je joue pas à un jeu pour le réalisme. Et puis si vraiment on doit tout sacrifier au réalisme, on va pas jouer bien longtemps : vue ce que Lara se prend das la gueule, elle devrait soit finir le jeu en se trainant par terre avec les deux jambes pétées, soit elle devrait très rapidement mourir d’une septicémie ou d’une hémorragie massive avant la fin du jeu…
    Donc ça va bien deux minutes l’argument du réalisme : ici on est juste face à un bon moyen d’avoir une bande son digne d’un Marc Dorcel à moindre frais, ça devrait exciter les joueurs et permettre de vendre plein de boite de jeu en plus aux garçons.
    Youpi !

    L’industrie nous prend vraiment pour des cons et ça commence à me fatiguer.

    Post a Reply
  6. Alors, y a des choses à dire sur cet article. Comme je suis un mec et que j’ai lu ce même article, je vais tenter de livrer le peu de pensées qu’il m’est permis d’avoir en ce vendredi soir béni.

    Tout d’abord, la scène de la tentative de viol. Une précédente réponse de Crystal Dinamics (si j’ai mal écrit, vous pouvez replacez les i et les y au bon endroit) était, à mon sens, plus justifiable. Il considérait cet acte comme le point de rupture du personnage de Lara avec ce qu’elle était avant. Le passage dans le monde des êtres qui survivent jusqu’à la dernière goutte de sueur qu’il leur reste. Alors évidemment, on peut critiquer le fait qu’on la place dans cette situation douteuse.

    Mais, personnellement, en tant qu’adulte mâle, même sans faire appel à mon instinct protecteur, je pense qu’il n’y a rien de plus abject comme agression que celle qui est décrite ici. Alors, oui, çà manque de finesse mais c’était quoi l’alternative ? Prendre ses parents en otage et les menacer ? Torturer son ours en peluche ? Lui confisquer son iPhone ? Moi, je vois le personnage de Lara (celui qui apparaît dans les autres Tomb Raider) comme un gros cliché tout pourri. Celui que nous dépeint ici le développeur me plaît bien davantage. Pas parce que c’est une victime mais parce que c’est un autre humain. Et je peux admettre sans problème que cette agression et ce qui en résulte (cf la vidéo) puisse faire basculer Lara Croft dans ce qu’on connaît d’elle aujourd’hui (je parle là, du côté femme de caractère couillu). C’est un peu comme si elle était une grande fille de manière forcée. Donc, non çà ne me choque pas. C’est comme si on disait que Mario saute sur les champignons alors les vrais plombiers doivent certainement aussi sauter sur des champignons.

    Je ne vois donc pas cette histoire de tentative de viol comme une généralisation sur le fait que les femmes deviennent des femmes de caractère parce qu’elles ont subit un traumatisme. C’est Lara qui le vit comme çà. Pas toi, ni tata Germaine. Juste Lara et peut être aussi d’autres mais çà, on en sait rien.

    Concernant Nathan Drake, pour ma part, je le trouve aussi cliché que la Lara ancienne génération. Je ne peux pas concevoir que le Drake se fasse démonter la tronche pendant quasi tout le jeu sans geindre comme un perdu. C’est pas un être humain. C’est Superman… Lara a peur, elle court, elle est crevée, elle se plante une tige en métal dans le bidou, elle reçoit la moitié de la cervelle d’un mec sur la face.

    Perso, j’aurais geint pour moins que çà ! 🙂

    Voilà, je suis suffisamment rarement en désaccord avec tes analyses donc, je me suis permis d’écrire un roman :p

    Post a Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Sexism in gaming | Pearltrees - [...] Tomb Raider – La bande-annonce polémique Lara Croft Tomb Raider: the character has been rebooted for a post-Hunger Games…

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.