[Test] Epic Mickey 2 : Le Retour des Héros – L’aventure avec un petit « a »

La PS Vita regorge de bons jeux. Si si, je vous jure. Du coup, je pensais gentiment ajouter à cette liste Epic Mickey : Le Retour des Héros, sorti l’année dernière sur Wii, PS3 et Xbox 360, qui vient de trouver la voie de la Vita. Erreur fatale, destin funeste.

Mickey et Oswald, ensemble contre les méchants !

Je n’avais pas fini le premier Epic Mickey et je ne le regrette pas. Le jeu, chapeauté par Warren Spector (le premier Deus Ex, c’est lui), avait une jolie ambition sur Wii et voulait faire plus qu’un bête jeu de plate-forme dans l’univers de Disney. Le résultat était en demi-teinte, tiré vers le bas par une technique aux fraises et un scénario collant et bavard. Dommage, donc.

Pour cet Epic Mickey 2, on reprend les mêmes et on recommence. Cette fois, on pourra jouer à deux (mais je n’ai trouvé personne pour jouer avec moi sur ma version Vita) et affronter les kilomètres de niveaux, d’énigmes et de dialogues. Car Epic Mickey 2 n’est pas bon. C’est un jeu qui a cherché à retrouver un certain style d’avant mais qui a repris tous les tics au lieu de reprendre les bonnes idées.

Ensembles, Mickey et Oswald résolvent toutes les énigmes !

Epic Mickey nous met dans les pattes deux personnages donc, Mickey et Oswald, qui vont travailler main dans la main pour résoudre des énigmes. Car c’est là le nerf de la guerre : vendu comme un jeu de plate-forme, il se révèle en fait être plus tourné aventure et réflexion. La majorité du jeu consistera à avancer jusqu’à atteindre un casse-tête géant qui demandera intelligence et patience. Rarement passionnants, ces puzzles sont mal expliqués, glissés n’importe comment dans l’histoire. Il arrive parfois même qu’un personnage vous propose une solution pour finir l’énigme en deux secondes… mais au prix de passer du côté obscur.

Oui, vous avez bien lu : il y a des choix à faire dans Epic Mickey 2, des choix manichéens qui n’ont — du moins dans les trois heures que j’ai subies — pas grand intérêt à par vous économiser dix minutes de souffrance. Oui, j’ai dit souffrance. Les énigmes du jeu sont simples à comprendre mais généralement frustrantes à cause, au choix, du framerate crachotant, des contrôles rigides ou de l’utilisation moyenne du tactile qui demande parfois d’appuyer sur des icônes sans trop que ça fonctionne (indice : il faut en fait être assez près de l’icône en question).

Oswald est un lapin et l'ancêtre de Mickey, ici il est son plus fidèle assistant...
Arf, ça fait beaucoup pour un seul homme. Le jeu, dans les conditions actuelles, ne permet pas réellement de prendre du plaisir. Quelques niveaux vus de côté tente de sortir Epic Mickey 2 de son marasme mais quand on voit la quantité de titres disponibles sur d’autres consoles, on ne pourra que conseiller aux acheteurs de passer leur tour. Sans doute qu’avec un enfant sur les genoux, chacun sa manette sur la grande télé, ce test aurait été légèrement différent. Mais sur Vita, passez votre chemin.

On aime

• la volonté de faire un jeu à l’ancienne
• l’univers des vieux dessins animés Disney

On aime moins

• la technique moyenne
• le gameplay pas folichon
• l’ennui

Un jeu de : Junction Point Studios.
Editeur : Disney Interactive.
Walkthrough : 10-12h.
Date de sortie en France : 19 juin 2013
Support : Playstation Vita.
Prix : 30 €.

Author: Le Yeti

Le Yéti est scénariste et narrative designer, a travaillé chez Ubisoft et chez Monkey Moon. Il a aussi co-écrit un article dans Les Cahiers du Jeu Video : Girl Power #4 (disponible aux éditions Pix ‘N Love). Retrouvez-le sur Twitter ou sur SensCritique.

Share This Post On

1 Comment

  1. Dans les « moins », j’aurais rajouté le fait que le Platine est inaccessible seul. J’entends par là qu’il faut forcément un ami qui a une autre PS Vita et, surement, le même jeu et donc son propre exemplaire.

    Le jeu n’a, du coup, pas grand chose pour lui … Malheureusement.

    Post a Reply

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.