Quand j’étais petit…

Le mois d’août arrive à grand pas, et cette année, je passerai les soirées en semaine seul chez moi, alors que femme et enfant seront sur les plages normandes. Du coup en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir faire, je me suis souvenu de ces mois de grandes vacances passés à jouer à des jeux vidéo, et en particulier cet été de 1996, avec la sortie de Resident Evil sur PSOne. RE_PSOne Mais le jeu n’est pas le sujet de ce petit billet. De fil en aiguille je me suis rappelé la manière dont j’ai dû procéder pour obtenir le jeu en temps et en heure. Je m’explique : comme le voulait la tradition, je passais mes grandes vacances chez mes grands-parents, en Allemagne, dans une petite ville un peu paumée. D’une part il n’y avait pas forcément de magasins de jeux vidéo dignes de ce nom, mais surtout c’était l’Allemagne. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est le grand pays de la censure vidéoludique, et Resident Evil est le bon candidat pour ne pas sortir. Ou être encore plus coupé que ne l’était déjà la version Européenne à l’époque. En 1996, il n’y avait pas internet, pas d’amazon, pas de livraison premium gratuite le lendemain. Il fallait donc que je demande à un ami en France d’aller l’acheter à la sortie pour moi, qu’il le donne ensuite à mes parents pour qu’ils l’emmènent lors de leur passage chez mes grands-parents (je ne faisais pas confiance à la poste). Le jeu était donc sorti quelques jours après mon départ, mais il aura fallu attendre plusieurs semaines pour qu’il soit enfin entre mes mains en août. e-commerce Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, ce genre de problème n’existe plus, à moins d’habiter dans une grotte (ou un pays qui n’a pas internet, mais en général, dans ce cas, les jeux vidéo ne sont clairement pas une nécessité, ni une priorité). Problème de riche me direz-vous ? Oui, sûrement, mais là n’est pas la question. Le truc qui me fascine sur ce point est simplement qu’on vit dans une époque formidable et qu’on a tendance à oublier le confort actuel, et se dire que tout est dû. Et cet été donc, j’ai un problème du même accabit, mais tout est à l’envers ! J’ai une liste longue comme le bras de jeux à faire, et clairement, les soirées en semaine au mois d’août ne seront jamais suffisantes ! Sur ce, bon jeu à tous !

Author: Monochrome

Dans la production vidéoludique le jour, et ...autre chose la nuit ! Beaucoup trop de choses à faire dans la vie, et pas assez d'heures dans une seule journée pour les faire. Je dois faire partie de ces éternels insatisfaits qui finissent par trouver le bien-être au travers d'un espresso, le matin sur son balcon. Ou en écrivant quelques lignes qui me passent par la tête.

Share This Post On

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.