One Piece et moi

(Ça ne s’est pas du tout vu que contrairement à ce qui était initialement prévu, je n’ai pas profité de mes 10 jours de vacances pour poster un billet par jour. Pas du tout… Z’aviez même pas remarqué que j’étais pas là, n’est-ce pas !?) 

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu n’es pas sans ignorer qu’après la naissance de MiniPlop, je me suis lancée dans un marathon One Piece (la série tv).
C’est cocasse (oui, cocasse, j’aime utiliser ce mot) parce que j’ai découvert cet univers par le biais du manga, chez mes potes de Ludis Factory, en 2001, il y a plus de 12 ans (ouch ! :lol2: ).

A l’époque, rythme de publication française oblige, je n’ai pas dû aller beaucoup plus loin que le tome 4 ou 5. Je me souviens vaguement d’une histoire de chapeau, de cuisine et de pirates. Je me souviens également que je trouvais l’ensemble frais, que ça me plaisait bien, que j’avais envie de lire la suite. Et puis, j’ai déménagé, loin de mes potes de Ludis Factory et j’ai oublié.

Page 1 du tome 1

Du coup, lorsque l’année dernière, j’ai régulièrement maudit Sempaï pour regarder en boucle un dessin animé complètement débile, ultra moche et super gueulard, je ne savais pas de quoi je parlais. J’étais devenue mes parents qui,  au siècle dernier, grognaient sur mes japoniaiseries… La flippe.

Sempaï étant aussi têtu que moi, mais physiquement plus balèze, il a réussi à garder la télécommande et moi, j’ai cédé du terrain centimètre par centimètre.
Et ce n’est pas qu’une image.
J’ai d’abord cessé de bouder à l’autre bout de l’appartement pour lancer un « mais pourquoi il n’est plus avec les autres, lui ? » en passant devant l’embrasure de la porte, puis, j’ai finalement capitulé et ait fini par poser mon séant sur le canapé devant l’écran.
Et « oh comme c’est bizarre », en commençant au milieu de la saison 12, même en ayant vu des micro-passages avant, j’étais un peu (complètement ?) larguée. Et à ma question récurrente « mais qu’est ce qui se passe ? » les réponses de Sempaï sont passées de laconiques à lapidaires. En plus, c’est le roi du spoil (je te raconterai « l’affaire Game of Throne » un jour, lecteur).

Detail des primes de chaque personnage
Et puis plus je regardais, plus tout ça me disait quelque chose. Finalement, j’ai jeté un coup d’oeil au manga papier (ce qui est quand même plus mon dada) et là, BOOM, révélation : flashback, 2001, chapeau, cuisine, pirate, fun… Et j’ai fini par comprendre (oui je suis un peu lente) : je connaissais, que dis-je, j’aimais déjà Luffy, mais je l’avais oublié (dis comme ça, on dirait le pitch d’un Disney).

Du coup, j’ai capitulé, et c’est à ce moment-là que j’ai décidé de prendre les choses en main et de transformer un vague intérêt en addiction.
Parce que oui, finalement ce doublage hystérique, cette patte graphique à la fois hyper créative et vulgaire et ces personnages à la tronche d’idiots, cette faune et cette flore épiques, tout ceci est constitutif d’un univers fouillé, original, complètement fou et pourtant totalement cohérent. Les personnages principaux, soit l’équipage au chapeau de paille, sont tout particulièrement attachants et j’ai développé une vraie affection pour eux.
Je me suis donc procurée les presque 600 épisodes de la série, bien décidée à rattraper mon retard.

Illustration des derniers épisodes de One Piece, après le break narratif
Alors ne nous leurrons pas, là où le manga à l’air de rester relativement lisible (mais bon, je ne me suis pas acheté les 64 tomes non plus) l’animé lui traîne parfois en longueur. Alors bon, ce n’est pas non plus le syndrome Dragon Ball mais j’avoue que rendu à la saison 10 (l’Arc Thriller Bark), j’ai commencé à traîner des pieds : le générique dure presque 2 minutes, le résumé en fait 4 en moyenne, du coup, sur un épisode de 18 minutes, il ne reste plus que 12 minutes d’histoire effective et ça devient un peu pénible. Ainsi j’ai envisagé de m’ouvrir les veines à la petites cuillère tellement ça traiiiiiinait. Du coup, après avoir sévèrement calé en plein milieu de cette saison, j’ai fini par reprendre du poil de la bête et j’ai fini par engloutir les saisons 11 et 12 d’une traite, puisque soudain, l’animé reprend un rythme fou, fou, fou !

Mais de toute façon, baisse de rythme ou pas, c’est foutu, j’adore Luffy et ses potes, je craque carrément pour Chopper, le rêne au nez bleu pas (seulement) parce qu’il est mimi mais (surtout) parce qu’il est complètement con !  :love:
‘Fin bref, je suis devenue fan de One Piece ; du coup, je vais vous en reparler bientôt parce qu’avec un tome  67 qui s’est vendu à plus de 4,05 millions d’exemplaires au japon, vous vous doutez bien qu’il existe une tonne et demi de produits dérivés à découvrir, tester et à vous faire découvrir !

La couverture du tome 67

One Piece en quelques info :

Auteur : Eiichirō Oda
Première parution du manga :  24 décembre 1997 (oui, ça fait 16 ans que ça dure…)
Nombre de Tome Papier Actuellement : 70 tomes (66 en français chez Glénat
Date de fin annoncée : décembre 2014
Date de diffusion du premier épisode de l’animé : 20 octobre 1999
Nombre d’épisodes Actuellement : 594 (509 en France et en clair sur D17)

Author: Diraen

Pour maîtriser un peu mieux le concept de la Diraen (qui se prononce « dira haine »), il faut considérer que je suis maintenant une femme de 40 ans, qui aime tellement les jeux vidéo qu'elle travaille désormais à leur production et qui raconte sa vie ici, plus ou moins régulièrement, depuis plus de 15 ans.

Share This Post On

10 Comments

  1. C’est dommage de te dire ça après la bataille, mais sur google tu peux trouver les One Piece Kai, un montage fait par des fans, avec des épisodes de 1h30 – 2h en moyenne, où ils virent le générique, les pauses du milieu, le générique de fin, les « dans l’épisodes précédent » et « dans l’épisode suivant », et il me semble aussi les hors séries. Pour avoir fait tout one piece en animés normaux, puis m’être refait certain arcs en kai, c’est vraiment un plaisir que je conseille. go google pour les trouver (streaming / téléchargement)

    Post a Reply
    • @johan AH BHA OUI ! c’est dommage ! Me dire ça alors que je suis rendue au milieu de Marine Ford c’est dommage, en effet ! 😛

      Post a Reply
  2. Je ne suis pas le roi du Spoil…
    Je n’y peux rien moi si tout le monde meurt dans Game Of Throne :lol2:

    Post a Reply
    • Même dans mes commentaires tu spoiles… :shocked: TU SORS !

      Post a Reply
  3. Il y a quelques années, j’aimais bien suivre les aventures de Luffy sur le papier gris du Manga. Au bout du 20 e manga et voyant que l’histoire se prolongeait inexorablement, j’ai tout arrêté dpar impossibilité de suivre le rythme de l’auteur. A ce stade, il prévoit quelque chose comme 100 tomes ou bien ? …

    Enfin, certaines chaines commencent à proposer une diffusion des épisodes … Même si le doublage Français est loin d’être exceptionnel, cela se laisse suivre. 🙂

    Post a Reply
    • J’ai regardé le doublage français vite et fait et de ce que j’en ai vu, il est très raccord avec le doublage japonais (ça fait partie des points qui me faisaient trouver le produit « vulgaire »).
      Quant au nombre de tomes papier… Il devrait s’arrêter au numéro 76 à peu près s’il tient son engagement à s’arrêter fin 2014…

      Post a Reply
  4. Je te rassure moi aussi j’ai pris un sacré coup de vieux quand j’ai lu les dates XD

    Post a Reply
  5. Je suis complètement d’accord avec le coté traînard de l’animé…. Par moment on a l’impression que ça n’avance pas. Ca m’arrive régulièrement de faire une petite pause histoire de pouvoir mater 5 ou 6 épisodes d’un coups pour avoir l’impression que ça avance un peu ^^

    Sinon, petite remarque :
    24 décembre 1997 (oui, ça fait 13 ans que ça dure…)
    Heeuuu on est pas en 2010 il me semble ^^

    Post a Reply
    • Je corrige ça de suite, mais je ne te félicite pas de me rappeler aussi abruptement que le temps passe si vite… 😛

      Post a Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Test] One Piece - Pour une poignée de Berrys - - Plopisation - […] y a quelques semaines, je vous parlais de mon histoire d’amour avec One Piece. Aujourd’hui je vous parle jeu…

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.