Florilège de séries TV de la rentrée 2013

Note : ci-dessous devraient se trouver mes premières impressions suite au visionnage d’un seul épisode. Sauf que vu que je mets des semaines à me décider à terminer un article, sur certaines séries, j’en ai vu plus d’un. Mais mon avis ne sera que plus confirmé !

Once upon a time in Wonderland

Spin-off de Once upon a time. On y retrouve les effets spéciaux kitsches (pour ne pas dire franchement mauvais) et les codes Disney totalement assumés avec plaisir. Lors de son séjour au Pays des merveilles, Alice est tombée amoureuse du génie – qui a les traits d’un beau jeune homme, je vous rassure – mais la reine de coeur (une espèce de blondasse, bouche et seins en avant) le fait tuer avant qu’il puisse s’unir. Lorsqu’ Alice revient dans le monde réel et qu’elle raconte ce qui lui est arrivée pendant toutes ces années, elle est internée. L’histoire d’amour est totalement niaise mais ça se regarde et ça distrait.

Bref, pour le dimanche.

Agents of S.H.I.E.L.D.S

Je me suis demandée s’il ne s’agissait pas d’une série pour enfant. On a quelques petites blagues façon Joss Whedon (qui produit) mais les dialogues manquent franchement de piquant. Le scénario ne m’a pas passionné. A savoir que je ne suis qu’une adepte occasionnelle des Comics Marvel, mais je crois qu’un film par an sera bien suffisant. En réalité, je me suis ennuyée…

Bref, non.

Mom

La nouvelle sitcom de Chuck Lorre (mais si : The Big Bang Theory, Dharma et Greg, Mon oncle Charlie…) avec Anna Farris et Allison Janney. La première  joue une mère célibataire alcoolique qui décide de se reprendre en main, qui a du mal à joindre les deux bouts et dont la mère, jouée par la deuxième, est, elle-même, alcoolique. Oui, comme ça on pourrait se dire que c’est pas très drôle, mais si, si, je vous assure, c’est une série comique ! C’est pas non plus la sitcom de l’année mais le rythme est bon, les situations n’importe naouak, et Allison Janney me fait beaucoup rire. Mention spéciale pour le copain de la fille d’Anna Faris, aussi.

Bref, sympathoche.

Betrayal

Une photographe mariée et mère de deux enfants rencontrent un avocat à un vernissage. Elle est belle, il est charmant, bref, c’est le coup de foudre pas prévu du tout. Alors qu’ils finissent par céder à la tentation après maints réfreinements, une affaire de meurtre éclate et l’amant devra faire face au mari (également avocat) au tribunal.Tin tin tin ! Ils essaient de nous faire un peu de teasing en nous montrant dans les premières images la femme blessée grièvement 6 mois après (et nous remettent les images en fin d’épisode au cas où on aurait oublier) pour qu’on se dise « OMG mais que s’est-il passé entre temps ?? ». Pfff. Voilà. Ca ne m’a pas parlé, j’ai trouvé la réalisation et le montage étrange (à deux reprises ils nous montrent une scène de sexe et en parallèle une engueulade familiale, perso j’ai trouvé ça maladroit et assez ridicule).

Bref, non.

Hostages

Une nouvelle adaptation de série israélienne (plus exactement d’un projet de série israélienne jamais produit). Le président des Etats-Unis va se faire opérer par une doctoresse, jouée par Toni Colette. La veille au soir de l’opération, la médecin et toute sa famille se font prendre en otage par des hommes masqués : ils demandent à « Toni » de tuer le Président sur la table d’opération. Malin. On nous montre quelques aspects de la vie du meneur des cagoules sans pour autant nous dire son motif, de façon à ce qu’il ne soit pas juste un vilain méchant et qu’on comprenne que tout n’est pas aussi simple que ce qu’on croirait. Autrement dit, on peut espérer du non-manichéen et du suspense. Et puis Toni Colette, quoi ! En plus, on retrouve Dylan McDermott, le beau brun aux yeux bleus de The Practice et qui flirtait le temps d’un épisode avec Ally McBeal, donc forcément, j’aime.

Bref, envie d’en voir plus !

Brooklyn Nine Nine

Andy Samberg en détective doué mais bordélique (ben oui, c’est Andy Samberg) ? L’idée est plaisante ! Et la série tout autant. L’action se passe dans un commissariat à Brooklyn dont le capitaine laxiste est remplacé par un homme très strict et laconique. Les perso sont complètement dingues (les créateurs ont bossé sur Parks and Recreation et The Office) et le petit côté enquête policière en fond d’épisode (mais franchement en fond) n’est pas désagréable. Je me bidonne à chaque épisode.

Bref, oui !

Super Fun Night

Ah Rebel Wilson ! Si vous savez, la blonde platine aux rondeurs excentriques qu’on a vu dans Mes Meilleures amies, Bachelorettes, The Hit Girls ? Ben voilà qu’elle nous fait une série et franchement, elle a bien fait. Rebel joue Kimmie Boubier (je glousse à chaque fois que quelqu’un prononce son nom) qui vie avec 2 de ses copines. Les trois filles sont l’archétype, chacune dans leur genre, des filles pas cools. Néanmoins, on ne tombe jamais dans le cliché total, les personnages sont hyper attachants et Rebel me fait beaucoup beaucoup rire. On retrouve même le petit anglais de l’Auberge espagnole et des Poupées russes.

Bref, oui !

The Crazy Ones

Robin Williams joue un patron d’agence de pub, Sarah Michelle Gellar sa fille et collègue. Il est complètement fou, elle essaie de le canaliser. Le premier épisode ne m’a pas convaincu, je dois bien l’avouer. Je trouvais que ma chère Sarah (je suis une ancienne fan de Buffy) ne jouait pas bien mais je sentais du potentiel. Après tout, c’est David E. Kelley (Ally McBeal) ! Et j’ai bien fait de ne pas me laisser dégoûter par le générique immonde. Encore une bonne équipe de doux dingues, avec au passage, un aperçu du monde la pub (bien plus rose que la réalité, bien entendu), Sarah se détend au fur et à mesure des épisodes et Robin Williams fait du Robin Williams.

Bref, oui !

The Michael J.Fox Show

Michael J. Fox joue un journaliste très apprécié du public qui, atteint de la maladie de Parkinson, est obligé d’arrêter de travailler. Jusqu’au jour où on lui propose son ancien poste et qu’il décide d’accepter. Cela vous dit quelque chose ? Beaucoup d’autodérision dans ce premier épisode. Je pense que la série s’adresse en premier aux fans de Michael et j’avoue ne pas avoir grandi avec ses films donc ne pas être plus enthousiaste que ça.

Mais pourquoi pas ?

Sean Saves the World

Sean est un père célibataire qui se retrouve à vivre avec son adolescente de fille et dont le patron est remplacé par un fou imprévisible. Bon, c’est plutôt basique comme scénario mais il y a de bonnes joutes verbales entre le personnage de Sean et sa mère. De plus, Sean est joué par Sean Hayes (le Jack de Will & Grace) et le patron tyrannique par Thomas Lennon qui, personnellement, me fait beaucoup rire. Donc au même titre que Mom, je dirais :

Bref,  sympathoche.

Orange Is The New Black

Petite mention spéciale pour cette série qui date de la fournée de juillet 2013. Regardez-la. C’est cru, c’est drôle, c’est touchant, on est emmené dans un univers inconnu (enfin, je vous le souhaite) ; tout y est ! Piper Champan a une petite vie rangée avec son fiancé quand une « bêtise » de son passé resurgit et elle est condamnée à un an de prison. Cette première saison nous plonge dans le monde de l’incarcération et on y croise des personnages d’abord bien flippants puis attachants. Je ne veux pas vous en dire trop donc fiez-vous à ma dernière phrase.

Bref, un grand OUI !

Author: Tatoe

Tatoe est une rousse cinéphile, collègue et consœur de Diraen et qui publiera essentiellement des critiques ciné - même si elle essaie secrètement de convaincre Diraen de la laisser faire des critiques musique sur ce blog (tout en pensant qu'en vrai elle serait infoutue de mettre des mots sur ce que la musique peut lui faire ressentir).

Share This Post On

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.