[Critique] La Grande Aventure LEGO – Phil Lord & Chris Miller

Note : Warner Entertainment m’ont invité à une projection presse dans leurs locaux à Neuilly pour visionner La Grande Aventure LEGO  (on dira LGA LEGO pour aller plus vite). Le film a été projeté en VOSTFR et en 3D.

fr-pub-main-one-sheet-LGO.jpg

Everything is Awesome. Voilà ce que qui va vous rester dans le crâne encore 24h après la projection du film. Et pas seulement parce qu’il s’agit du titre du morceau préféré des habitants de Legocity. Mais aussi parce que le film l’est, AWESOME.

LGA LEGO est ce qui aurait pu être le pire placement de produit de l’univers. En effet, LEGO, ne l’oublions pas, est une marque qui produit des jouets de construction pour enfants. Et certains adultes aussi. Lorsque j’ai appris qu’il y aurait un film, ma première réaction a été plus que dubitative (je traduis en langage de d’jeunz : « Z’y av, c’est quoi c’truc chelou »). Mais comme souvent, je me suis dit qu’une bande annonce m’orientera d’un côté ou de l’autre. Après visionnage : J’irai le voir celui-là.

LG-FP-157.jpg

L’opportunité s’est donc présentée, et je vais écrire un peu sur le film. [Note à moi-même : Va falloir que je raccourcisse mes intros moi…]. Un personnage moyen, avec une vie réglementée par la société de consommation dans laquelle il nage, verra son existence changer en un clin d’oeil lorsqu’il apprend qu’il est l’élu, et qu’il devra réaliser la prophétie.
Sauver le monde d’une destruction certaine, c’est pas hyper original tout ça. Mais le ton est donné de suite. Tout est saupoudré d’un second degré assez fin, une écriture donnant des dialogues que seuls les adultes comprendront vraiment, mais qui amuseront les enfants au fil de l’intrigue. Je n’indiquerai aucun spoiler d’ailleurs, tant je vous invite (déjà ?) à aller le voir. Evidemment, rien ne se passe comme prévu, des twists et rebondissements très surprenants emmenant le spectateur au travers de différents mondes LEGO. Tout en respectant les codes de la marque, l’équipe du film a eu suffisamment de liberté. L’humour acide, les cameos et les références ne manquent pas.

LG-FP-058.jpg

En guise d’exemple favori, l’un des personnages secondaires du film est un petit astronaute bleu. La figurine fait partie des produits lancés à la fin des années 70. Il s’agissait de la première gamme « espace » de la marque. Ce personnage en est tiré. Chaque astronaute était sujet à deux défauts. L’icône sur son torse avait tendance à s’effacer avec le temps, et la partie du casque protégeant la mâchoire se fendait au milieu. Ces deux détails ont été repris pour le film, ce qui m’a beaucoup plus, ayant eu un tel objet en ma possession quand j’avais juste 4 ans à l’époque.

Tout ces détails sont présents tout au long du film et à tous les niveaux. J’ai été surpris de voir à quel point ça a été respecté et travaillé. Un film qui a été fait par des fans de LEGO, mais surtout par de bons réalisateurs avec un script qui marche. L’écriture est d’ailleurs bien soutenue par un casting très chouette parmi lequel on notera Morgan Freeman, Liam Neeson et Will Ferrell.

LG-Comp-007.jpg

Trois ans de de développement et de tournage,  100 000 000 dollars de budget. Techniquement, c’est une belle claque. J’attends avec impatience un making off détaillé, parce que le film a été réalisée en stop motion, mais avec des passages en CG, c’est forcé (mais où est le split ? Aucune idée !). La 3D n’est pas hyper convaincante (c’est une conversion), de par la perte de détails sur certaines scènes très fouillées, qui ont tendance à devenir moins lisibles dans ce format. J’ai hâte de pouvoir le revoir chez moi en format Bluray.

Bon voilà, j’arrête d’en parler. C’est un chouette film. Si vous êtes adultes et fan de LEGO, allez-y. Si vous n’êtes pas fan de LEGO mais que vous avez des enfants, allez-y. Si vous avez eu des LEGO étant petit (il y a 30 ans), allez-y. Et puis si vous n’aimez pas particulièrement ça, mais que vous aimez les films bien écrits et techniquement impressionnant, allez-y.

Le pire dans tout ça, c’est que j’ai même pas spécialement eu envie d’acheter des LEGO après, mais plutôt de revoir le film !

Un film de : Phil Lord, Chris Miller
Pays d’origine : U.S.A, Australie
Avec : Chris Pratt, Will Ferrell, Elizabeth Banks, Morgan Freeman, Liam Neeson…
Durée : 100 minutes (1h40min)
Date de sortie en France :19 février 2014 (1h40min)
Vu en : VOST
La bande-annonce:

Author: Monochrome

Dans la production vidéoludique le jour, et ...autre chose la nuit ! Beaucoup trop de choses à faire dans la vie, et pas assez d'heures dans une seule journée pour les faire. Je dois faire partie de ces éternels insatisfaits qui finissent par trouver le bien-être au travers d'un espresso, le matin sur son balcon. Ou en écrivant quelques lignes qui me passent par la tête.

Share This Post On

6 Comments

  1. Il est néanmoins évident, que le film n’est pas forcément pour tout le monde, et je peux parfaitement accepter que tu te soies ennuyée, malgré les bonnes surprises. J’ai adoré (ça on le savait déjà), et ce jusqu’à la fin (oui, surtout la toute fin, énorme).

    Post a Reply
  2. @Monochrome : Eh ben je suis tout d’accord avec toi sauf que passé les bonnes surprises (les clins d’oeil, le bonheur extrême (oui, oui) d’entendre la voix de Morgan Freeman, le jeu sur les différentes univers et le thème du père et du fils), je me suis ennuyée ! Et j’ai bien eu la chanson pendant 3 jours dans la tête 😀

    Post a Reply
  3. 🙂
    C’est énorme en effet.
    Mima, ce que tu dis à propos d’Undercover est totalement juste, c’est exactement le même type d’humour, sauf en film. Allez le voir c’est génial.

    Post a Reply
  4. OMG ! J’ai scotché pendant 5 minutes sur le casque fendu.
    Rien que ça, c’est du génie !

    Post a Reply
  5. Depuis que j’ai vu la bande annonce sans trop de convictions juste avant, je n’ai qu’une hâte, le voir. Je suis déjà tombée dans la spirale des lego minifigures associées :3. J’accroche à cet humour que j’ai découvert avec Lego city undercover.

    Le casting VO a l’air surpuissant, on ne peux pas en dire autant du casting VF par contre … (c’est qui Tal?)

    Post a Reply
    • Tal c’est cette grande chanteuse française aux paroles qui mettent K.O Brassens, Aznavour et Brel réunis, telles que « J’ai trouvé le sens de la raison qui m’entraîne « . Une artiste M6 probablement.
      Par contre, je cherche toujours qui est Arnaud Ducret.

      Post a Reply

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.