[Critique] The Grand Budapest Hotel – Wes Anderson

Chouette chouette chouette, The Grand Budapest Hotel, le nouveau-né de Wes Anderson sort aujourd’hui et chouette chouette chouette j’ai été invitée à l’avant-première donc je peux vous en parler ! Eh ben vous savez quoi ? Il est encore mieux que celui de l’année dernière, Moonrise Kingdom !

Je n’en savais pas grand chose car je revenais de presque un mois d’absence ; je savais juste que le casting comportait une ribambelle d’acteurs, j’avais vu l’affiche léchée et j’avais entendu le commentaire de tout le monde : « la bande-annonce est complètement barrée ! » (voir fin de l’article).

Affiche1.jpg

On nous raconte une histoire, dans une histoire, elle-même dans une histoire. Trois niveaux narratifs imbriqués, donc. Wes Anderson se sert de ce procédé non pas pour nous embrouiller, mais plutôt pour poser une ambiance et un rythme qui lui sont propres. On est dedans, tout de suite.

Et Anderson de nous emporter alors à sa suite dans l’histoire de ce grand hôtel, qui fut au cœur d’intrigues amoureuses, policières, politiques (la montée du nazisme est dépeinte en filigrane) artistiques, et gérontophiles… En effet, le fameux « monsieur Gustave » (en français dans le texte), le gérant de cet hôtel fabuleux interprété avec une jouissance non dissimulée par Ralph Fiennes, prend grand soin de ses pensionnaires, notamment de ceux de sexe féminin. Lui qui enseigne à son protégé, le héros de l’histoire, comment combler les moindres désirs des occupants, n’hésite pas à donner lui-même de sa personne, notamment si ELLES ont un certain âge et un compte en banque fourni à souhait.

Budapest_Gustave1.jpg

On retrouve l’humour propre à Anderson : absurde, presque cartoonesque, rythmé par la caméra, par la musique et légèrement sadique. J’ai rarement autant ri en voyant un chat passer par la fenêtre (oui, pour ceux qui me connaissent, vous avez bien lu).
Également au rendez-vous : une jolie histoire d’amour (mais jamais naïve), une photo incroyable, des décors à l’aspect volontairement « faits main » à couper le souffle et une ambiance de conte plein de personnages savoureux, de détails malins et d’aventures plus folles les unes que les autres.

Budapest_Mendelsbox1.jpg

Alors, courez-y ! Vous en ressortirez le cœur léger, des envies de voyages plein la tête et en ayant beaucoup ri !

Un film de : Wes Anderson
Pays d’origine : États-Unis
Avec : Ralph Fiennes, Saoirse Ronan, Tony Revolori, F. Murray Abraham, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Harvey Keitel, Jude Law, Bill Murray, Edward Norton, Jason Schwartzman, Tilda Swinton, Tom Wilkinson, Owen Wilson…
Durée : 1h40
Date de sortie en France : 26 février 2014
Vu en : V.O.S.T.
La bande-annonce : 

Author: Tatoe

Tatoe est une rousse cinéphile, collègue et consœur de Diraen et qui publiera essentiellement des critiques ciné - même si elle essaie secrètement de convaincre Diraen de la laisser faire des critiques musique sur ce blog (tout en pensant qu'en vrai elle serait infoutue de mettre des mots sur ce que la musique peut lui faire ressentir).

Share This Post On

Et vous, votre avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.