J’ai beaucoup aimé les 3 prmières saisons de Scandal, et ce qui est cool pour vous, lecteurs (même si je suis allergique au spoiler et qu’il n’y en aurait donc pas eu), c’est qu’il s’y est passé tellement de choses que je ne me souviens pas de beaucoup d’éléments précis concernant ces trois saisons précédentes. La seule chose, c’est que je me souviens les avoir avalées assez rapidement et en être sortie plutôt satisfait.

Mais étonnamment, je ne courais pas après cette saison 4, j’avais bien aimé les autres, j’en avais un vague mais positif souvenir, mais sans plus. Et pourtant, je me suis lancé, “pour voir”.

scandal-banner_season4

Passons tout de suite les 2 choses “négatives” et très subjectives qui me titillent concernant cette série.
La première est archi-subjective puisque c’est l’appréhension physique du personnage principal. Kerry Washington, qui joue Olivia Pope, le rôle principal, m’est un peu indifférente.
Evidemment c’est une belle femme, oui elle a du charisme et waou, je viens de voir qu’elle avait 38 ans et je lui en aurai donné 32 grand max! Alors c’est très subjectif, mais quand on voit la proportion que prend son charme/charisme/physique/beauté au sein de l’histoire et du scénario, c’est parfois un tout petit peu bizarre quand personnellement on se dit “Mouais, moi elle ne me fait ni chaud ni froid”. J’avais prévenu, c’est hyper subjectif mais c’est notable, et vous comprendrez en voyant la série que pour quelqu’un qui ne la trouve pas aussi sublime et désirable que les personnages qu’elle côtoie, c’est parfois étrange…

Le deuxième point, moins subjectif, qui me titille aussi, est que je trouve que Kerry Washington surjoue parfois certaines scènes, certains passages qui peuvent être intenses, et ce subtil jeu à peine exagéré, à mon gout, peut gêner.
Cela est tout de même à prendre à la marge, pas en permanence, et sortie de ces 2 points, elle reste une très bonne actrice, jolie, charismatique et parfois impressionnante d’intensité lors de certaines scènes.

Scandal_Kerry_Washington

Passons maintenant aux choses positives, c’est à dire quasiment tout le reste.
J’ai vu des dizaines de série, peut-être des centaines, pour des milliers d’épisodes et bien sur des milliers de films, et j’avoue parfois être un peu lassé par certaines choses “déjà vu”.
Cette petite phrase de “vieux con” pourtant seulement trentenaire est valable pour cette série, mais à contre-emploi.
En effet, alors que j’ai décroché avant la fin de la 3e saison de Orange Is The New Black alors que j’avais adoré les 2 premières saisons et que beaucoup de monde semble trouver cette saison 3 géniale, j’avais peur de vivre la même chose avec Scandal (parenthèse sur “Orange”, il faudra quand même m’expliquer pourquoi on attend 5 épisodes avant d’à peine évoquer le cliffhanger de fou de la fin de la saison 2, à croire même que je m’étais planté dans l’ordre des épisodes. Du coup, j’ai complètement décroché…).

Mais il ne m’a pas fallu plus de la moitié d’un seul épisode pour repartir dans Scandal, à fond. Vraiment. Après avoir aimé les autres saisons, il vous sera impossible de ne pas accrocher aux premiers épisodes de cette saison 4. Plus fort, la première moitié de la saison est d’une intensité folle, tout autant qu’une fin de saison, et chaque épisode laisse sur sa faim, et on a seulement l’envie de continuer.
Bizarrement c’est le milieu de saison qui redevient “normal” et un peu moins intense. Mais quelque part, vu les émotions et la puissance des 1ers épisodes, cela se comprend. Il est très difficile de maintenir une telle pression pendant 22 épisodes.

Je ne veux absolument rien spoiler et il est donc difficile de rentrer dans les détails du scénario mais je voudrais juste noter l’incroyable interprétation de Guillermo Diaz du fabuleux personnage de Huck. Ambigu, fou, mais tellement attachant. Enfin pas tout le temps, et c’est ça qui le rend si intriguant… Probablement le personnage secondaire le plus profond et intéressant de la série.

SCANDAL - ABC's "Scandal" stars Bellamy Young as First Lady Mellie Grant, Darby Stanchfield as Abby Whelan, Jeff Perry as Cyrus, Tony Goldwyn as President Fitzgerald Grant, Kerry Washington as Olivia Pope, Scott Foley as Jake Ballard, Joshua Malina as David Rosen, Guillermo Diaz as Huck and Katie Lowes as Quinn Perkins. (ABC/Craig Sjodin)

L’avantage de cette très bonne saison, c’est que si vous y arrivez, c’est que si vous avez aimé les précédentes, vous aimerez donc celle-là, sans aucun doute. Dans le cas contraire, votre lecture de cet article ne devrait pas vous avoir mené si loin si vous n’avez pas aimé ce que vous avez déjà vu de Scandal !

En tout cas, si vous ne connaissez pas la série et que vous souhaitez vous lancer, vous savez que vous aurez au moins 4 saisons de très haut vol devant vous, si vous adhérez !

Impossible de conclure sans parler de la magnifique musique qui parsème cette série. Surtout le thème principal avec ses nappes de synthés, toujours placées avec modération, toujours placées au bon endroit, au bon moment, pour soulever le cœur et décupler l’impact de l’image et des mots… On touche parfois de près à de vrais moments de grâce…