[Série] Scandal – Saison 4

[Série] Scandal – Saison 4

J’ai beaucoup aimé les 3 prmières saisons de Scandal, et ce qui est cool pour vous, lecteurs (même si je suis allergique au spoiler et qu’il n’y en aurait donc pas eu), c’est qu’il s’y est passé tellement de choses que je ne me souviens pas de beaucoup d’éléments précis concernant ces trois saisons précédentes. La seule chose, c’est que je me souviens les avoir avalées assez rapidement et en être sortie plutôt satisfait.

Mais étonnamment, je ne courais pas après cette saison 4, j’avais bien aimé les autres, j’en avais un vague mais positif souvenir, mais sans plus. Et pourtant, je me suis lancé, “pour voir”.

scandal-banner_season4

Passons tout de suite les 2 choses “négatives” et très subjectives qui me titillent concernant cette série.
La première est archi-subjective puisque c’est l’appréhension physique du personnage principal. Kerry Washington, qui joue Olivia Pope, le rôle principal, m’est un peu indifférente.
Evidemment c’est une belle femme, oui elle a du charisme et waou, je viens de voir qu’elle avait 38 ans et je lui en aurai donné 32 grand max! Alors c’est très subjectif, mais quand on voit la proportion que prend son charme/charisme/physique/beauté au sein de l’histoire et du scénario, c’est parfois un tout petit peu bizarre quand personnellement on se dit “Mouais, moi elle ne me fait ni chaud ni froid”. J’avais prévenu, c’est hyper subjectif mais c’est notable, et vous comprendrez en voyant la série que pour quelqu’un qui ne la trouve pas aussi sublime et désirable que les personnages qu’elle côtoie, c’est parfois étrange…

Le deuxième point, moins subjectif, qui me titille aussi, est que je trouve que Kerry Washington surjoue parfois certaines scènes, certains passages qui peuvent être intenses, et ce subtil jeu à peine exagéré, à mon gout, peut gêner.
Cela est tout de même à prendre à la marge, pas en permanence, et sortie de ces 2 points, elle reste une très bonne actrice, jolie, charismatique et parfois impressionnante d’intensité lors de certaines scènes.

Scandal_Kerry_Washington

Passons maintenant aux choses positives, c’est à dire quasiment tout le reste.
J’ai vu des dizaines de série, peut-être des centaines, pour des milliers d’épisodes et bien sur des milliers de films, et j’avoue parfois être un peu lassé par certaines choses “déjà vu”.
Cette petite phrase de “vieux con” pourtant seulement trentenaire est valable pour cette série, mais à contre-emploi.
En effet, alors que j’ai décroché avant la fin de la 3e saison de Orange Is The New Black alors que j’avais adoré les 2 premières saisons et que beaucoup de monde semble trouver cette saison 3 géniale, j’avais peur de vivre la même chose avec Scandal (parenthèse sur “Orange”, il faudra quand même m’expliquer pourquoi on attend 5 épisodes avant d’à peine évoquer le cliffhanger de fou de la fin de la saison 2, à croire même que je m’étais planté dans l’ordre des épisodes. Du coup, j’ai complètement décroché…).

Mais il ne m’a pas fallu plus de la moitié d’un seul épisode pour repartir dans Scandal, à fond. Vraiment. Après avoir aimé les autres saisons, il vous sera impossible de ne pas accrocher aux premiers épisodes de cette saison 4. Plus fort, la première moitié de la saison est d’une intensité folle, tout autant qu’une fin de saison, et chaque épisode laisse sur sa faim, et on a seulement l’envie de continuer.
Bizarrement c’est le milieu de saison qui redevient “normal” et un peu moins intense. Mais quelque part, vu les émotions et la puissance des 1ers épisodes, cela se comprend. Il est très difficile de maintenir une telle pression pendant 22 épisodes.

Je ne veux absolument rien spoiler et il est donc difficile de rentrer dans les détails du scénario mais je voudrais juste noter l’incroyable interprétation de Guillermo Diaz du fabuleux personnage de Huck. Ambigu, fou, mais tellement attachant. Enfin pas tout le temps, et c’est ça qui le rend si intriguant… Probablement le personnage secondaire le plus profond et intéressant de la série.

SCANDAL - ABC's "Scandal" stars Bellamy Young as First Lady Mellie Grant, Darby Stanchfield as Abby Whelan, Jeff Perry as Cyrus, Tony Goldwyn as President Fitzgerald Grant, Kerry Washington as Olivia Pope, Scott Foley as Jake Ballard, Joshua Malina as David Rosen, Guillermo Diaz as Huck and Katie Lowes as Quinn Perkins. (ABC/Craig Sjodin)

L’avantage de cette très bonne saison, c’est que si vous y arrivez, c’est que si vous avez aimé les précédentes, vous aimerez donc celle-là, sans aucun doute. Dans le cas contraire, votre lecture de cet article ne devrait pas vous avoir mené si loin si vous n’avez pas aimé ce que vous avez déjà vu de Scandal !

En tout cas, si vous ne connaissez pas la série et que vous souhaitez vous lancer, vous savez que vous aurez au moins 4 saisons de très haut vol devant vous, si vous adhérez !

Impossible de conclure sans parler de la magnifique musique qui parsème cette série. Surtout le thème principal avec ses nappes de synthés, toujours placées avec modération, toujours placées au bon endroit, au bon moment, pour soulever le cœur et décupler l’impact de l’image et des mots… On touche parfois de près à de vrais moments de grâce…

SOONDY révolutionne nos soirées à la maison !

SOONDY révolutionne nos soirées à la maison !

Avec Soondy, finies les galères de playlists !

J’aime beaucoup écrire sur Plopisation car je peux m’y exprimer à la 1ere personne, raconter mon ressenti et exprimer plus facilement certaines sensations plus personnelles.

Aujourd’hui cela tombe bien puisque je vais vous parler d’un projet dans lequel je suis impliqué et pour lequel nous sommes actuellement en campagne de financement participatif sur Ulule.

Pour faire simple et rapide, Soondy est une plateforme qui permettra très bientôt aux particuliers de disposer d’un vrai DJ professionnel qui mixera pour vous, depuis chez lui, pour vos soirées privées.

Associé à un chat et une webcam, après votre choix de style(s) de musique favoris, le DJ vous délivrera un mix adapté à vos goûts et à l’ambiance de votre soirée !

Interface Soondy

Balayons tout de suite les avis annonçant que ce n’est pas chaleureux, que cela met un écran au lieu du contact humain : Soondy ne souhaite aucunement concurrencer ou remplacer le contact humain, mais c’est bien pour remplacer les playlists youtube et autres deezer, en y ajoutant une vraie relation humaine justement, que nous lançons ce projet!

Et croyez-moi, pour avoir réaliser les 1ers tests, la réaction est formidable des 2 côtés ! Les gens sont heureux de communiquer avec leur DJ (bonne chance pour la “relation humaine avec youtube”) et le DJ, au lieu de se faire un mix pour lui ou un podcast face à son mur, se retrouve avec une audience et des gens qui apprécient et profitent de son travail !

Ci-dessous un petit Vine de moi-même en pleine phase de test du logiciel Soondy !

Ajoutez à cela que le tarif est abordable (à partir de 39,90€ pour 2h de mix) tout en restant intéressant pour le DJ qui serait disponible ce soir-là et qui ne bouge pas de chez lui. Il n’est pas question de remplacer le travail qui aurait été fait par un vrai DJ, encore moins de demander à un DJ de remplacer sa résidence “physique” par Soondy, mais ceux disponibles seront sans doute ravis de partager leur passion pour la musique d’une nouvelle manière !

Toute l’équipe et moi travaillons d’arrache-pied pour vous fournir les meilleurs DJ’s dans de nombreux styles et la meilleure plateforme pour communiquer, recevoir, et émettre le mix.

Avec une campagne accomplie à 40% à l’heure d’écrire cet article, nous sommes déjà très fiers de tout le soutien que nous recevons et de tous les retours positifs et enthousiastes pour le projet mais nous avons encore besoin de vous pour aller au bout de la campagne et pouvoir lancer Soondy dans les meilleures conditions possibles !

Merci de votre soutien !
Philip, Monika, Florian, Charlène, Charlotte et Edouard

Pour nous soutenir sur Ulule c’est en cliquant

Rejoignez-nous sur Facebook SoondyFrance et sur Twitter SoondyFrance.

Rocket League – Y a que les c%:$ qui changent pas d’avis!

Rocket League – Y a que les c%:$ qui changent pas d’avis!

Ah ce PSN+!!! Il m’en a fait tester des daubes! Et il m’a aussi fait découvrir de jolies perles auxquelles je n’aurai pas pensé, mais il m’a aussi offert Rocket League à sa sortie et je crois avoir vécu le plus gros changement d’avis de ma vie de gamer.

Je me souviens assez bien de mon 1er contact avec le jeu il ya quelques mois. C’était pas beau, mais c’était pas moche, un peu terne, un peu aliasé, mais super nerveux et précis dans le gameplay.
Alors pourquoi pas, je joue quelques minutes, je m’amuse bien, et très vite, je galère.

Car bien que le concept soit simplissime (on conduit des voitures qui tapent dans un ballon pour marquer dans les cages adverses), eh ben c’est plus facile à dire qu’a faire!!!
Alors oui la base est simple, mais dès que l’on augmente le niveau de l’IA (il y a un vrai gouffre, très dommageable, de niveau entre l’IA débutant, et la suivante, appelée Pro), on passe d’une victoire de 10-0 à une défaire de 0-5. Littéralement.
Donc ça gave, on se rend compte qu’on était pas bon avant mais que c’est l’IA qui était nul, et on se rend vite à l’évidence, c’est pas facile en fait, et il n’est pas rare de passer juste à côté de la balle dans un moment crucial.

Rocket_League_Ingame

Alors moi, joueur solo avec très peu d’amis PS4 (j’évite même les jeux multi, souhaitant garder autant que possible une vie sociale, les 1200 heures en 6 mois passées sur Starcraft 2 ne m’ayant donné que trop raison !), ça m’a saoulé, et j’ai effacé le jeu.

Quelques semaines plus tard, je me retrouve devant la PS4 de mon beau-frère, invité à un repas de famille avec comme seul jeu multi Rocket League !
Bon, ça ne m’emballe pas plus que ça, mais allons-y. Je le lance avec mon fils de 8 ans, qui se débrouille étonnamment bien, en tout cas tout à fait correctement. Et notre différence de niveau est bien moindre que dans n’importe quel autre style de jeu.
Ça me met un petit sourire en coin, et à partager devant la télé, c’est bien cool. L’impression se confirme quand mon beauf prend la manette, et on passe un p’tit moment sympa. Suffisamment sympa en tout cas pour me convaincre de réinstaller le jeu.

Alors j’y retourne, un peu plus enthousiaste, et à peine plus débrouillard manette en main, mais finalement, même cause, mêmes effets : au bout de quelques minutes, je m’ennuie seul et je ne suis pas encore prêt à partager ma PS4 avec mon fils, sans compter que gérer le second, de 4 ans, qui va vouloir jouer, ne risque pas de simplifier les choses. Et ne vous inquiétez pas pour eux car avec 2 PS3, 2 3DS, 2 iPad, 1 Xbox 360 et 1 WiiU, ils ne sont pas malheureux…

Rocket_League_Ingame_Prez

Alors je fais quelques parties de plus, mais je craque encore, en le laissant toutefois installé, on se sait jamais.
Et voila mon frère qui débarque le week-end dernier. Pas un gros gamer, mais plutôt un joueur honorable dans tous les styles, et un fan de foot modéré, mais motivé !
Alors forcément, de tous les jeux que j’ai sur la console, c’est celui Rocket League qu’il veut essayer.
Allons-y, pourquoi pas, je sens vraiment le pile ou face…

Et là, rapidement, toute la tendance s’inverse, l’envie de gagner, le fait de jouer avec quelqu’un (comme mon beauf) qui joue plutôt bien, et surtout, qui a vraiment envie de gagner, ça change TOUT.
Le jeu est le même, mais l’excitation de partager ça en live, en split-screen, avec quelqu’un qui a vraiment envie de gagner, projette le jeu dans une toute autre dimension! C’est bien simple, on a dû y passer plus de 10 heures en 2 jours.

Et même si le jeu a des limites (le solo (même en coop) est fadasse à mourir, le multi n’est pas très clair et surtout pas engageant, on enchaîne les parties, mais il n’y a pas d’objectif réellement intéressant à suivre), on se marre. On se gueule dessus (sur soi et sur les partenaires), on stresse quand le ballon s’envole vers le but, on saute du canapé quand on marque un but, et on hurle un bon coup dans les moments importants !
Cela faisait vraiment des années que je n’avais pas vibré comme ça devant un jeu multi. Cela m’a rappelé mes meilleurs moments de la grande époque PES, où le split-screen magique de F-Zero ou Goldeneye sur N64 (pour le fun, rien a voir niveau gameplay). Bon ça ne restera peut-être pas aussi culte dans ma mémoire et dans mon coeur, mais rien que la comparaison vaut de l’or !

Rocket_League_Ingame2

Je pourrai passer des pages à détailler le jeu, expliquant que c’est un mélange de foot, de billard, de jeu de palet, qui permet de s’amuser vraiment dès les 3/4 premières heures mais qui montre aussi rapidement la possibilité d’une marge de progression énorme.
Et puis c’est quand même agréable un jeu auquel on ne peut reprocher ses erreurs. Car s’il n’est peut-être pas folichon visuellement (bien que cela suffise amplement), il ne vous prendra pas en traître, et si vous vous plantez, vous ne pourrez vous en prendre qu’a vous-même!

D’un petit 6/10 effacé de la PS4, il s’est transformé en gros coup de coeur à 8/10!

Et le fait que le jeu devienne esportif ne m’étonne pas du tout, il doit aussi être un excellent client pour les streams, les replays et les buts les plus farfelus! Je n’ai pas été voir, je ne m’intéresse que très peu à ça, mais je sais que même moi, je pourrai y trouver des vidéos qui me plaisent.
Niveau online, vous pouvez jouer depuis votre split-screen à 4 joueurs! Juste génial! J’ai fait le test à 3 depuis chez moi avec ma connection 8Mo + mon beau-frère en quatrième joueur de notre équipe avec une moins bonne connexion que moi : aucun lag, si ce n’est quand l’ordi a ajouté 2 IA pour finir l’équipe adverse. Le jeu a un peu tiré la langue, mais pendant la dizaine d’autres parties, aucun problème à noter, si ce n’est le bruit et les cris que tout cela a engendré !
Et en plus, le temps d’attente est très faible, donc le seul reproche au online reste vraiment son manque de motivation pour le joueur. Mais cela devrait évoluer avec l’arrivée du jeu en esport.

Je l’ai eu gratuitement donc forcément, ça vaut le coup, mais même la quinzaine d’euros demandée sur PC ou PS4 les vaut largement !!! Et puis j’ai mis ma pièce du coup, j’ai craqué, j’ai acheté la Delorean à 2€ pièce. C’est ridicule (j’suis pas un grand fan des DLC cosmétiques), c’est cher, mais elle a vraiment la classe! Encore plus quand on la joue que quand on la voit jouée par les adversaires en ligne !

Rocket_League_Dolorean

Ma conclusion est donc : ne soyez pas aussi c$ù^+ que moi. Si le systême de jeu vous plait, et vous amuse quelques minutes en solo mais finit par vous saouler : c’est normal. Rocket League est un jeu qu’il faut partager, que ce soit online (à l’oreillette, les réactions sont marrantes aussi) mais surtout en split-screen, pour vibrer avec vos proches devant la télé.
Un vrai grand plaisir comme on en vit plus si souvent que ca à l’air du « tout online »…

Un jeu de : Psyonix
Editeur : Psyonix
Date de sortie en France : 7 juillet 2015
Support : PlayStation 4, PC
Prix :

environ 20 €

The Order 1886 à 25€ sur PS4, ca vaut le coup?

The Order 1886 à 25€ sur PS4, ca vaut le coup?

Ahhh The Order 1886!!! On en a lu, on en a entendu, avant et après sa sortie!

theorder

Et il s’est tellement fait défoncé par la presse (volontairement ou par défaut, comme de parler pendant des jours de cette histoire de campagne finie en 5h alors que personne n’avait reçu le jeu) qu’il a été un bel échec commercial. Certes, il n’y a peut-être pas que cela, mais admettons qu’il y a tout de même peu de journalistes qui ont vraiment donné envie de jouer au jeu, ou en tout cas d’y mettre 70€.

Car c’est ici que je me questionne avec le titre de mon article.

Evidemment, ni suicidaire, ni millionnaire, vu le tollé à la sortie du jeu, le 5/10 de Gamekult qui le défonce, le 7/10 de Gameblog qui essaie de le défendre sans réussir à me convaincre, et le 15/20 de jeuxvideo.com qui s’excuse presque de pas lui mettre 12 (allez comprendre!), je ne courais pas vraiment après le jeu.

J’avais même fini par le virer de ma liste de jeux à acheter (oui, j’ai des listes pour pleins de trucs, une des plus longue étant “jeux à finir”, à mon grand désespoir) mais je l’ai trouvé à 25€ chez Micromania, j’avais des bons d’achats, je me suis dit “Allez bon, on verra bien”.

Je le lance, il s’installe en quelques secondes, me met une micro update (oui, ben de nos jours, c’est un luxe, donc il faut le dire!) et c’est parti!

Et là, visuellement, c’est quand même la grosse claque, et moi, j’aime bien prendre des claques comme ça ! Les vidéos sont superbes et… et ben c’est le jeu! Y a pas de “vidéos” en fait, tout est fait avec le moteur du jeu, c’est assez fluide, il n’y a pas aliasing visible dans le feu de l’action (évidemment en étant pointilleux, ça se trouve, mais il faut vraiment le chercher) et à part quelques effets de feu ou d’eau un peu “moyens”, c’est juste méchamment beau!

L’univers qui ne m’attirait pas plus que ça est finalement assez cool, et le personnage principal est pas mal. On s’y attache, et on a envie de savoir ce qui va lui arriver. La VF n’est pas dégueu, donc on est assez bien embarqué par l’ensemble visuel/univers.

theorder_cine

C’est après que ça se complique…
Le jeu est un TPS mais on pourrait bien y accoler QTE tant ils sont présents, parfois inutilement. Mais le pire, c’est cette imprécision au tir. Une punition. Combien de headshots ai-je réalisé sans voir le mec tomber, et puis ces gars qu’on allume quasiment à bout portant et qui ne tombent pas… Je ne sais pas trop si c’est la précision des armes, si c’est le réglage de l’IA ou (à mon avis) si c’est un peu des 2, mais presque 10 ans après Gears Of War et autres Uncharted, franchement, c’est frustrant au possible. Ajoutez à cela les séquences de loooooooongs gunfight sans raisons dans les mêmes arènes alors que vous n’avez fait que des QTE depuis 10 minutes pour monter sur un toit…
Ah oui, et puis si vous tuez 20 mecs, que vous changez de zone (en descendant d’étage par exemple, après avoir tué toute une vague d’ennemis), et que le 21e vous saute dessus depuis le coin d’une porte, ben on va vous relancer la zone en haut, avec tout le monde à tuer de nouveau. Que voulez-vous, il faut bien lui allonger la durée de vie à ce jeu, quand on pense qu’il y a une quinzaine de chapitres et que le dixième TOUT ENTIER est une vidéo de 5 minutes, il faut bien vous faire recommencer loin le gunfight !!!

Idem et même pire pour les phases d’infiltration. Pire parce qu’à vouloir innover, ils ont créé le système de mort silencieuse le plus pourri que j’ai jamais vu : quand vous approchez un ennemi par derrière, même à 10 centimètres de lui sans avoir été entendu, un cercle se crée autour du bouton triangle, et il faut appuyer pile au bon moment sous peine… de mort et de retour en début de zone !!
Oui, oui, le gars est sous votre nez, ne vous entend pas, mais il vous tue direct sans même une chance de rattraper le coup avec un autre QTE. Alors quand ça fait 5 mecs d’une zone qu’on tue avant de se faire avoir comme ça, il vaut mieux poser la manette quelques secondes pour éviter de la balancer dans la TV, vraiment. Oh et puis j’oubliais, si un gars vous voit, c’est une balle dans la tête directe et retour à la case départ, pas la peine d’espérer une possibilité de fuite ou une hésitation de l’IA !

Pour être tout à fait honnête avec vous, je viens même d’écrire ces mots après quelques morts exactement comme celle-là. Maintenant apaisé d’avoir raconté ma douleur et ma colère, je vais pouvoir retourner faire cette séquence et finir le jeu. Ah, ben me revoilà déjà, quelques minutes après avoir réalisé que je pouvais utiliser une arbalète silencieuse qui facilite grandement la séquence. Mais attention, cela n’enlève rien à mes remarques précédentes, on pourrait vouloir économiser les flèches, et surtout, le gars qui a la clé que vous cherchez n’est pas un personnage précis mais le dernier qui reste vivant dans la zone (et le premier que j’avais croisé! :lol:), comme de par hasard!

the-order_silent_takedown

Ma conclusion sur cette séquence reste donc la même : cher développeurs, si vous ne savez pas comment allonger la durée de vie de votre jeu, continuez à chercher, car ces solutions ne sont pas les bonnes!!! On est en 2015, il y a des checkpoints partout maintenant, et je n’ai pas envie de me retaper dix fois la même séquence de shoot, surtout qu’elles se ressemblent toutes dans le jeu, pour que vous tentiez de me faire croire que le jeu est plus long.
Non, il est juste plus chiant! Déjà que le gameplay n’est pas riche et pas dingue… Bon, allez, je ne suis qu’au chapitre 11, il peut peut-être encore se passer des trucs incroyables, alors j’y retourne!

theorder-crossbow

Bon, oubliez tout ce que je viens de mettre sur l’arbalète qui pouvait laisser pensez à un jugement hâtif de ma part. La séquence suivante, dans laquelle j’ai donc vidé tout mon carquois, est la même, obligeant à tuer tous les gardes, mais sans me recharger en flèches!!! Me revoilà donc, sans pouvoir revenir en arrière, sans flèche, à devoir tuer tous les gardes à la suite sans aucun droit à l’erreur et avec leur QTE de M*¨%£* !!! Il est 2h55 du mat’, je ne sais pas si je vais tenir bien longtemps nerveusement…

Oh Miracle ! Le sort a décidé d’épargner ma TV ! Après bien 8 morts débiles, je décide de changer l’ordre de mes attaques, pour éviter l’aliénation et tenter une autre approche, et là, je tombe sur une caisse d’arme qui m’offre 5 flèches ! Halleluia ! 3 flèches en moins plus tard, la séquence est finie mais je ne change pas d’avis… Tout cela est bien mesquin de la part des dev…

Précisons aussi, si vous en doutiez, que l’IA allié est aussi nulle au tir que son homologue ennemi est aveugle en ce qui la concerne. En d’autres termes, vos alliés peuvent facilement et plusieurs fois louper un ennemi à bout portant pendant que ces mêmes ennemis ne se préoccupent absolument pas d’eux et vous allument dès que vous levez la tête…

Les Chapitres 12 et 13 sont, eux aussi, totalement vidéo, une douzaine de minutes en tout à peu près. LOL.

Après quelques gunfights supplémentaires, on arrive rapidement au boss de fin pour… un gros QTE
Affligeant.
Tout à fait acceptable si le jeu avait offert des séquences de gameplay nombreuses, bien équilibrées et intéressantes, mais là, c’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Conclusion après environ 6 heures de jeu (ceux qui y ont passé beaucoup plus, comme les 10 heures que j’ai pu entendre, sont soit des masos, soit des fans inconditionnels de l’univers (ça peut vraiment exister?), soit des mecs qui aiment fouiller les recoins vides) :

Le jeu, si beau, a commencé à 7/10 dans mon estime, est assez rapidement descendu à 6 et finit sans aucune hésitation (si ce n’est à la baisse) à 5. Je suis un fervent lecteur de Gamekult, mais je suis rarement aussi sévère qu’eux dans mes jugements, et il n’est pas rare que mon appréciation soit 1 point, voire plus, au-dessus de la leur. Mais là, ils auraient mis 4 qu’après mes 6 heures de jeu, j’aurais compris!

The Order 1886 - ingame
Je suis terriblement déçu de voir le travail titanesque accompli au niveau visuel, et même, dans une moindre mesure, au niveau de l’univers, réduit pratiquement à néant par un gameplay des plus bancals. Pratiquement car sans cet univers et cette technique irréprochable (on passe quand même par toutes les nuances de gris, de marrons, de bleu nuit, faut aimer, c’est pas hyper engageant non plus), le jeu ne mériterait pas plus de 3, voir 2. En fait, le visuel compense peut-être le naufrage du gameplay. Ou alors la technique trop pointue a tué le temps et le budget qui auraient pu être alloués à faire un bon jeu.

En résulte une superbe coquille, mais bien vide.

En fait, on est presque plus proche d’un jeu de David Cage (attention j’ai adoré Heavy Rain et trouvé Beyond Two Souls sympa, sans plus) que d’Uncharted. Sur 6 heures de jeu, il doit y avoir grand max 4 heures de gameplay (à moins peut-être de comptabiliser le stick gauche levé pour suivre un personnage comme du gameplay). La grosse différence est, que l’on aime ou pas le boulot de Cage, que le scénario de The Order 1886 n’effleure absolument pas la profondeur des jeux narratifs du créateur français. Et n’offre absolument aucun choix, bien sûr.

Et puis allez, sans vous spoiler, car je déteste ça, préparez-vous quand même à une fin, qui se “termine” certes, mais qui se révèle on ne peut plus ouverte. Ben oui, les mecs avaient surement prévu de rentabiliser leur moteur et leur univers, ils ont juste oublié de bosser le jeu aussi !

Alors mes 25€ ? Ben franchement, même à ce prix-là, j’ai un peu les boules, mais ça passe… Et je suis ravi de ne pas avoir dépensé 70 ou même 50€ dans ce jeu, j’aurai vraiment crié au scandale…

Mais bon, pour une vingtaine d’euros, préparé psychologiquement à ce que l’on va avoir (je l’étais pourtant, mais ça n’empêche pas l’agacement!), ça se laisse parcourir…

Donc même moi qui suis un fervent défenseur de l’aspect visuel, je ne le conseillerai pas franchement, ou en tout cas pas sans émettre toutes les objections que vous venez de lire…

A bon entendeur…

Un jeu de : Ready At Dawn Studios
Editeur : Sony Computer Entertainment
Walkthrough : 5 heures
Date de sortie en France : 20 février 2015
Support : Playstation 4
Prix : 22 € actuellement
[Comics] Deadpool – Une Affaire Épouvantable

[Comics] Deadpool – Une Affaire Épouvantable

J’ai un peu hésité sur quel sujet choisir pour mes premières Plophrases à partager avec vous, j’ai pensé à Scandal – saison 4 que je suis en train de regarder, à Final Fantasy XIII que je suis en train de faire sur PS3 avec 5 ans de retard pendant que ma PS4 dort avec les meilleurs jeux du moment à coté de sa grande soeur, mais finalement, j’ai choisi un comics. Pour 2 raisons, tout d’abord parce que c’est l’une de mes (nombreuses) passions et ensuite parce que je suis absolument fan de ce personnage : Deadpool.

Si vous ne le connaissez pas, ou pas encore malgré le buzz plutôt positif la première bande-annonce du film (à sortir le 10 février 2016), il est encore temps. Comment vous dire à quel point j’ai hâte, et peur pour ce film… Et la bande-annonce irrévérencieuse et sans concession, dans l’esprit du personnage, me fait pencher du côté de l’enthousiasme!deadpool-une-affaire-epouvantable

Mais revenons à notre comics : j’ai choisi Une Affaire Épouvantable, le comics sorti en janvier de cette année, non pas seulement parce que c’est le dernier que j’ai lu parmi l’intégralité des comics sortis en français le concernant que je possède (sauf L’Effet Domino, sorti en septembre, je ne peux pas être partout! :D), mais aussi parce que dans mon logiciel où je référence tous mes comics et les note, je lui ai mis 10/10.

Oui, je spoile la fin de mon article! Mais là n’est pas vraiment la question en fait, et ma note est archi subjective (c’est le principe, souvent, vous me direz), mais pas anodine. Car en fait, si vous adhérez au personnage, il y a des chances qu’il en soit de même pour vous quand viendra le moment de le noter.

Je m’explique : Deadpool est un super-héros de Comics hors norme, différent, et assez loin des stéréotypes du genre.
La première raison est juste géniale: de tout l’univers Marvel, il est le seul à savoir qu’il est un personnage de BD !! Et il lui arrive donc parfois de casser le quatrième mur et de s’adresser directement au lecteur, quand il ne lui arrive pas, comme une fois dans une lecture, de fracasser complètement la mise en page pour en faire ce qu’il souhaite! Forcément atypique donc.

deadpool-breaking-4th-wall
L’autre raison qui fait de lui un personnage hors norme est qu’il est taré, mais complètement! Il est barré, schizophrène (parfois même avec 2 voix au lieu d’une dans la tête!), plutôt obsédé et bien porté sur la question, hyper violent, avide d’argent et hyper vulgaire. Décomplexé…à fond. Un peu la Némésis que beaucoup d’hommes n’assumeraient pas, et pourtant, ils se mentiraient à eux-mêmes…
Et le pire dans tout ça, le plus incroyable, c’est qu’il a la classe et qu’on arrive à rapidement l’adorer, vraiment… Comme le petit diablotin sur votre épaule que vous n’écoutez jamais parce que ce n’est pas bien, mais que vous aimeriez tellement laisser s’exprimer de temps en temps.
Et bien ce gars, c’est Deadpool. Il a un bon fond, il n’est pas méchant, mais il se fout de beaucoup de choses et il le fait avec de l’humour et une croustillante désinvolture.Deadpool_Women

Vous remarquez que je ne parle pas tellement du comics en question et ne vous inquiétez pas, cette lecture ne durera pas des heures. Car en fait, on ne raconte pas un comics de Deadpool car l’histoire est souvent futile pour créer des situations cocasses et des vannes à tout va. On y vient, et c’est ce qui donne ce 10 dans mes notes, j’ai ri. Mais j’ai vraiment ri et assez souvent au point d’avoir l’air un peu con à côté de ma femme qui ne comprenait que vaguement pourquoi je riais si franchement en lisant une simple BD…

Énorme cerise sur le gâteau, certaines vannes de ce comics précis ramène à mon film d’action préféré ever, et même pour le connaitre par cœur et l’avoir revu très récemment, il conserve sa place sur son piédestal : Die Hard aka Piège de Cristal. Et oui, si vous connaissez bien ce film vous n’en rirez et jubilerez que plus en lisant cette épouvantable affaire.

Comme pour tous les comics, le résultat d’une lecture dépend du personnage, de l’histoire mais aussi de l’univers dans lequel on le projette, des scénaristes (surtout) et dessinateurs qui le prennent en charge.
Evidemment, même dans ce qui est sorti en France, il n’y a pas que du caviar avec Deadpool, les 3 tomes Max par exemple sont assez moyens, le Deadpool Pulp est discutable dans la manière d’aborder le personnage mais fabuleux dans l’étude et la profondeur de celui-ci mais le reste des 18 comics que j’ai lu pour l’instant est plutôt cool ! (c’est pareil, j’en ai 26 mais je n’ai pas encore tout lu !)

deadpool-fourth-wall-breaking_2

Si vous voulez découvrir le personnage ou tout simplement lire quelques comics de lui avant de voir le film en février prochain, je vous conseille cette très bonne Affaire Épouvantable ou Mercenaire Provocateur (la planche sur Star Wars/Jar Jar Bings est juste cultissime et me fait rire à chaque fois, je vous laisse découvrir ça), les 2 meilleurs à mon gout pour l’instant…

J’ai découvert Deadpool avant même qu’on lui offre des hard cover ou de gros pavés en comics français, et Panini a vu venir le filon, avec le film en préparation depuis longtemps et le jeu (plutôt conseillé aux fans du personnage car, si en terme de gaming pur il n’y a rien de fou, c’est tout de même rare de se marrer tout seul devant un jeu grâce aux vannes du personnage que l’on joue !). L’éditeur le diffuse donc plutôt bien depuis quelques années. Cela risque de continuer, en espérant que le personnage soit aussi bien traité qu’il l’est dans la plupart des ouvrages que j’ai lu jusqu’à maintenant…

En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu, vous risquez de voir du Deadpool de partout dans pas très peu de temps! Et si vous accrochez à ce perso complètement cinglé, vous allez vous régaler!!!

Petit cadeau pour ceux qui l’ont loupé, la bande-annonce du film à venir le 16 février prochain, ou comment savoir en 2 minutes 50 si vous pouvez aimer le personnage ou non
(PS: Je viens de la re-re-re-regarder pour vous mettre le lien, et je me suis encore marré ! Action qui claque, vannes qui tombent juste (l’allusion à Green Lantern est collector!). Bref, je suis fan!) :